République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de la Justice

Menu
Accueil / Professions et métiers de la justice / Magistrat

Magistrat

  l’Algérie a connu plusieurs constitution (1963-1976-1989-1996 qui a été revue plusieurs fois). la justice a été définie dans les différentes versions de la Constitution de chaque époque, en général elle est passée d’une fonction judiciaire à une autorité judiciaire et ces constitutions étaient accompagnées de textes juridiques liés au pouvoir judiciaire. (Le statut de la magistrature).

  Depuis la Constitution de 1996, deux textes juridiques ont été promulgués sous forme de deux (02) lois organiques : la loi organique n° 04-11 du 06 septembre 2004 portant statut de la magistrature et la loi organique n° 04-12 du 06 septembre 2004 portant composition du conseil supérieur de la magistrature, son fonctionnement et ses attributions.

 Parmi les dispositions contenues dans les deux textes figurent les suivantes :

• Concernant le statut de la magistrature :

− La compétence, la qualité et les efforts déployés lors de la formation spécialisée et continue sont des conditions indispensables pour la promotion du magistrat,
− Permettre au magistrat un salaire qui préserve sa dignité,
− Renforcement de l’obligation de réserve pour que le magistrat soit au dessus de tout soupçon,
− Responsabiliser le magistrat en cas d’abus,
− l’obligation de faire une déclaration de patrimoine,
− Consacrer le principe de la répartition des magistrats aux niveau des juridictions suite à leur sortie de l’école supérieure de la magistrature, selon leurs classements (ordre de mérite).
− Le magistrat ne peut pas être affecté dans la juridiction dans laquelle son époux/épouse exerce la profession d’avocat,
− Si le Conseil supérieur de la magistrature décide de prolonger la période de probation du magistrat, cela se fera dans une autre juridiction pour qu’il soit évalué par d’autres responsables.
L’Institut national de la magistrature a été érigé en Ecole supérieure de la magistrature.

• Concernant la loi organique relative au Conseil supérieur de la magistrature :

− Révision de la composition du Conseil supérieur de la magistrature, pour qu’elle soit composée dans la majorité des magistrats élus.
− Toutes les questions liées à la carrière des magistrats relèvent dorénavant de la compétence du Conseil supérieur de la magistrature,
− Le Conseil supérieur de la magistrature jouit de l’indépendance administrative et financière,
− Charger le Conseil supérieur de la magistrature pour élaborer, adopter et publier la Charte de déontologie de la profession du magistrat.
− la Constitution a connu une dernière modification, publiée au journal officiel N° 82 de l’année 2020, les nouvelles dispositions ont touché essentiellement la composition du conseil supérieur de la magistrature, d’où la révision du statut de la magistrature et le texte du conseil supérieur de la magistrature.

  L’Institut national de la magistrature, crée en 1990 s’est chargée de la formation de 25 promotions pour permettre le suivi du travail judiciaire, le nombre de magistrats est de 6098 jusqu’au 23 février 2021, selon le tableau ci-dessous, le taux de couverture pour 100 000 habitants est estimée à plus de 14 magistrats, ce qui est comparable à celui de la majorité des pays.
  Il est à noter qu’une nouvelle promotion de 115 élèves magistrats est en formation à l’Ecole supérieure de la magistrature depuis le 15/12/2020 pour une durée de 4 ans.

Effectif des magistrats jusqu’au 23 février 2021

Formation des magistrats :

  En vertu de la loi organique n° 04-11 du 06 septembre 2004 portant statut de la magistrature l’obligation faite aux magistrats de parfaire leurs connaissances scientifiques et de participer avec assiduité à tous les programmes de formation et de contribuer également à la formation de leurs pairs et des autres personnels de la justice. Cette formation est répartie sur trois modes : la formation de base, la formation spécialisée et la formation continue.

1- Formation de base :

  En application du décret exécutif n° 05-303 du 20 août 2005, l’École  Supérieure de la Magistrature (ex Institut national de la magistrature), est chargée essentiellement de la formation de base des élèves-magistrats et de la formation continue destinée aux magistrats en exercice. Le siège de l’Ecole supérieure de la magistrature est situé à Koléa.

  En ce qui concerne la formation de base, Il a été réalisé ce qui suit :

– En application du décret exécutif n° 16-159 du 30 mai 2016, la durée de la formation de base a été prolongée de 03 années en 2000 à 04 années en 2016.
– L’Institut national de la magistrature a été érigé en Ecole supérieure,
– La révision de la politique de formation notamment, les textes régissant la formation de base à l’Ecole supérieure de la magistrature, comme suit :

   La révision les conditions de recrutement des élèves-magistrats et leurs régime de formation et la durée de formation.

  Le renforcement de l’encadrement pédagogique à l’Ecole par des enseignants spécialisés et qualifiés.

  Le renforcement de l’encadrement administratif à l’Ecole pour un meilleur suivi des différents modes de formation.

  Le programme de la formation de base a été revu, afin d’inculquer aux élèves-magistrats les connaissances juridiques et judiciaires y compris les règles déontologiques de la profession.

  Le renforcement de l’enseignement des langues étrangères et des techniques informatiques.

  L’accent est mis sur les stages pratiques pour que les magistrats acquièrent les compétences qui leur permettent de mener à bien leurs missions judiciaires.

 – Cette politique a été concrétisée par la promulgation du décret n° 16-159 du 30 mai 2016, fixant l’organisation de l’école supérieure de la magistrature, les modalités de son fonctionnement ainsi que les conditions d’accès, le régime des études et les droits et obligations des élèves-magistrats.

 – 5816 magistrats ont été formés depuis 1992 jusqu’au 2017, soit 25 promotions.

 Observation : 115 élèves-magistrats de la 26 ème promotion poursuivent leur formation de base actuellement au niveau de l’école supérieure de la magistrature.

Tableau indicatif de la formation de base

 

2- Formation continue :

  Tous les magistrats en exercice sont tenus de suivre des sessions de formation continue, en application des dispositions de la loi organique n° 04-11 du 6 septembre 2004 portant statut de la magistrature.

La formation continue tende au perfectionnement des connaissances professionnelles et scientifiques des magistrats en exercice. Elle s’articule sur les actions suivantes :

  – Les sessions de formation au niveau de l’École supérieure de la magistrature,

  – Les conférences,

  – Les séminaires et journées d’étude.


 a)- Sessions de formation à l’École supérieure de la magistrature :

  Le programme de la formation continue à l’École supérieure de la magistrature a été lancé en 2000 et comprend des sessions de 05 jours par semaine à raison de 25 magistrats par session au profit des magistrats en exercice. Ce programme porte sur des thématiques et critères prédéfinis par une Commission ad hoc. À ce titre, 528 sessions de formation ont été réalisées depuis 2000 jusqu’au 31 juillet 2020.

b)- Conférences :

  Des conférences sont animées mensuellement au niveau des chefs-lieux des cours, comme suit :

 1- Conférences animées par des magistrats de la cour suprême et du conseil d’Etat, organisées en coordination avec les chefs de la Cour suprême et du Conseil d’Etat ;

 2- Conférences animées par des magistrats relevant des cours et des tribunaux, organisées en coordination avec les chefs des cours.

 

c)- Séminaires, ateliers et journées d’étude :

  Des séminaires, des ateliers et des journées d’étude sont organisés par le Ministère de la Justice en collaboration avec les établissements ou les institutions partenaires du secteur de la justice. Ces événements sont animés par des experts algériens et étrangers.

– Journées d’étude :

 

d)- Programme de la formation continue au niveau des juridictions :

  Dans le cadre de la consolidation de la formation continue au profit des magistrats au niveau local ; les juridictions ont été appelées à élaborer un programme annuel de formation, qui comprend des rencontres regroupant les magistrats exerçant les mêmes spécialités e. g. : juges pénaux, juges civiles, juges du parquet général, juges d’instruction, etc.

  Ce programme englobe l’organisation des séminaires et des journées d’études en partenariat avec les auxiliaires de justice, d’autres évènements de formation ont été réalisés en collaboration avec l’université et les instituts spécialisés au niveau local.

  En 2020 plusieurs actions de formation ont été réalisées, au profit des magistrats des juridictions (Voir : Tableau des actions de formation réalisées au niveau des cours et tribunaux en 2020) et des magistrats des tribunaux administratifs (Voir : Tableau des actions de formation réalisées au niveau des tribunaux administratifs en 2020).

3 – Formation spécialisée :
  Devant la complexité et la diversité du contentieux porté devant les juridictions, le Ministère de la Justice a arrêté un programme de formation spécialisée riche et ce, depuis l’année 2000 portant sur :

  a- Formation de longue durée en Algérie :

  Cette formation est le résultat de la coopération entre le Ministère de la Justice et les écoles / instituts spécialisés de formation, en plus des universités algériennes, à savoir :

  – L’Ecole Nationale d’Administration,
  – L’Ecole Supérieure de Banque,
  – L’Ecole Supérieure de la Magistrature,
  – L’Institut National du Travail,
  – L’Institut National du Travail et l’université Ahmed Ben Bella d’Oran.

  Ce partenariat fait l’objet de renouvellement annuel selon les besoins du secteur et par priorité des thématiques demandées.

 À ce titre, 739 magistrats ont bénéficié de ce type de formation (Durée en 6 mois et une année).

 b- Formation spécialisée de longue durée à l’étranger :
  Entamé en 1997, le programme a enregistré plusieurs sessions organisées au profit des magistrats, dans le cadre de la coopération avec le programme boursier Algéro-français (BAF), avec le Royaume de Belgique et la République populaire de Chine.

4- Coopération internationale :

  Convaincu de l’importance du rôle du pouvoir judiciaire dans la vie sociale et soucieux du renforcement et de la réalisation et de la promotion d’une coopération mutuelle en matière judiciaire, le Ministère de la Justice veille au renforcement des liens de coopération dans le domaine judiciaire avec de multiples pays à savoir la France, La Belgique et les Etats Unis d’Amérique. C’est ainsi que plusieurs conventions ont été signées avec plusieurs pays pour promouvoir la formation des magistrats, dont :
  A- La France :
  – Accord de coopération administrative signé le 14 Décembre 2004.
  – Accord de coopération judiciaire et pénitentiaire signé le 16 Mai 2004.
  – Accord sur le renforcement de la coopération juridique et judiciaire en les Ministères de la justice algérien et français en date du 21 décembre 2015.

  B- La Belgique :
– Convention de coopération signée le 24 Juin 2004.
  C- Les Etats-Unis d’Amérique :
  – Accord de coopération entre l’école supérieure de la magistrature et l’association des juristes américains A.B.A. signé le 24 Mars 2008.
 N.B., Au total, 1134 magistrats ont bénéficié de session de formation de courte durée (France, USA, Belgique) depuis l’année 2002 à l’année 2019, récapitulés dans le tableau suivant :

  D- L’Union Européenne :

   Le ministère de la Justice porte un intérêt à la coopération avec l’Union Européenne afin de profiter de la longue expérience européenne pour le développement des compétences des magistrats et des personnels du secteur. A cet effet, Un accord de coopération a été signé le 04 octobre 2004 intitulé “Programme d’appui à la réforme de la justice en Algérie”.

  Il en est de même du Programme Euro-méditerranéen, qui s’est traduit par les résultats ci-dessous :

   D-1- Projet d’appui à la réforme de la justice :

   Le tableau suivant retrace les activités réalisées.

 
   D-2- Programme Euromed – Justice :
  Ce programme parrainé par la Commission Européenne au profit des pays partenaires de la méditerranée, il a pour but la consolidation de l’Etat de droit et la concrétisation des Droits de l’Homme par la création d’une organisation interprofessionnelle de magistrats, avocats, des greffiers et autres auxiliaires de justice. Les phases du programme qui ont été réalisées (Justice I, Justice II, Justice III, Justice IV, Justice V).
 
Ξ Pour plus d’information sur ce programme, veuillez consulter le lien suivant :
 
   D-3- Programme européen de lutte contre la cybercriminalité :
 
 
 
Défiler vers le haut